Je ne sais pas si ça t’arrive, mais des fois je regarde mes kids, et d’un coup, je me sens épuisée. Je sais bien que c’est propre à l’enfance, toute cette énergie, ce dynamisme, cette excitation, blablabla. Je n’ai aucune idée du type moteur qui les fait tourner, mais on a parfois l’impression qu’il ne s’arrête jamais. Genre tu cherches la prise pour débrancher, le bouton off pour éteindre, mais non, ce n’est pas livré avec. Tu te demandes comment ils font pour manger et agiter en même temps tous leurs membres. Le Harlem Shake généralisé, c’est eux qui l’ont inventé. Comment ils font pour monter les escaliers 3 par 3 – les 2 pieds joints (essaye tu verras comme c’est dur!!). tu ne comprends pas non plus comment ils peuvent transformer ton salon en champ de bataille post-attaque nucléaire d’Alien, ni transformer le sol de la cuisine en éco-système (pour la promotion de la diversité). Tu n’arrives toujours pas à saisir qu’ils arrivent après une journée de centre aéré à sauter sur le lit, sauter du lit et re-sauter sur le lit, pieds et mains jointes.

C’est ainsi fait… Alors oui, des fois, ça te fatigue, ça t’épuise, ça te met hors de toi. 

Mais là c’est le drame : ils sont malades. Ton picatchu d’amour, ton petit coeur de Taz, ton ange de Speedy Gonzales, « Arriva arriva arriva! », y’a plus!. Tu as mal pour eux, tu es même prise d’un accès soudain d’empathie et de générosité ultime, tu es prête à avoir leur maladie à leur place. Sauf que c’est pas possible évidemment. Tu peines à les nourrir, tu les supplies d’accepter la crasse que tu leur refusais jusqu’à présent, juste pour qu’ils mangent. Toi qui avant rêvais d’une sieste pour pouvoir souffler, tu trouves la maison beaucoup trop silencieuse pendant les siestes à répétition.

alors tu te surprends à rêver aux bruits, aux cris, au capharnaüm et tu te dis : « Rendez-moi mon kid, rendez-moi mon brol! ». 

C’est ainsi…Les kids, c’est la vie. Image

6 commentaires sur « Kids are life. »

  1. grave… c’est triste à dire, mais c’est vrai. ça marche aussi quand t’as viré tous les gamins chez des copains (bon, tu les as pas virés, ils se sont fait inviter quoi…), que tu te poses sur le canap, que tu trouves ça trop bien que tu kiffes ta life, et qu’au bout de 1 heure (bon, ok, peut être plus, plutôt 3h), tu commences à regarder la montre et à calculer quand est-ce que tu vas aller les chercher parce que c’est bien calme tout ça…
    bon rétablissement à tes tornades si elles sont malades…

    1. merciiii!!! c’est fou comme le bruit, finalement, c’est la vie… 🙂 on les sur-kiffe quand ils sont là autant que quand ils ne sont pas là 🙂

  2. Ah comme tu dis vrai!! On n’aime pas les voir malades nos petits chéris et on ne peut pas se séparer d’eux non plus. Ils sont nos petites créatures…mais ça n’empêche que moi, je rêve encore secrètement à cette vie sans kid du tout qui ma foi, était bien plus reposante et pleine d’échappées ;-).
    Plus que 18 ans à tirer avant la liberté absolue!!!

    Bisous.

    1. 18 ans? mais t optimiste toi? t’as vu comme on fait encore la misère à nos parents? on a signé à perpet je te dis 🙂

  3. Ça c’est parce que tu n’as que des filles! Le garçon malade, lui fait encore plus de bruit que quand il est en forme (et pourtant la barre était déjà haute!). Tu as droit à un mmmomannnnnn, je suis malade, toutes les 3 secondes! (Zut j’y vais, il m’appelle!)

    1. ça c’est le syndrôme de l’homme : lui malade, le monde s’effondre, et il est bientôt prêt à mourir…:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s