J’ai souvent eu envie de retrouver cette gaufre que je dégustais après ma journée d’école. Je poursuivais alors mes humanités -cycle secondaire- au lycée Daschbeck au Sablon, soit le quartier des antiquaires aux rues pavées serial killeuses de talons aiguilles.
Heureusement a l’époque j’étais plus 501-chevignon-converse et je pouvais descendre la rue haute pour arriver au bien-aimé quartier de la grand-place. J’y prenais le métro De Brouckère et juste avant, je m’offrais une gaufre chaude -chantilly (bientôt coulante).
Outre le fait que je réalise aujourd’hui que cette habitude était une véritable aberration calorique (l’insouciance diététique de l’adolescence) j’ai su plus tard qu’il ne s’agissait pas de la gaufre de Bruxelles, mais bien de l’authentique gaufre de Liège. La gaufre de Bruxelles est beaucoup plus souple, alors que celle de Liège est en fait un bon gros morceau bien costaud.
Pendant des années, j’ai donc inlassablement tenté de retrouver ce goût et cette texture. Chacun son combat, je sais.

Et ce matin, je pense que j’ai trouvé (ou du moins je m’en suis considérablement rapprochée)

Ingrédients :

– 600 grs de farine
– 2 œufs
– 300 grs de beurre demi-sel (ou plus …)
– 50 grs de miel
– 250 ml de lait
– 40 grs de levure de boulanger fraîche
– 200 grs de sucre perlé
– 50 grs de sucre de canne
– vanille en poudre
– 1 cac de 4 épices et de canelle

Préparation :
Par grosse flemme, j’ai utilisé le mode « dough » de ma MAP. La pâte est en effet collante et élastique, très pénible a manœuvrer. Je conseille le robot si tu n’as pas de MAP.
Prévoir un temps de levage de 15 à 30 minutes.

Placer le lait, le beurre en petits morceaux, la levure, le sucre de canne et la farine dans la cuvette de la MAP ou du robot et lancer le pétrissage.
Ajouter les œufs, les épices, laisser le pétrissage encore qq minutes.
La pâte doit être lisse et élastique.
Laisser reposer 15 à 30 minutes.

Préchauffer le gaufrier.

Ajouter le sucre perlé dans la préparation. Tu peux en réserver pour en placer sur le pâton juste avant la cuisson.

Placer 2 pâtons au centre de l’appareil: la pâte va gonfler et risque de déborder.
Laisser cuire quelques minutes.

Soulever avec précaution la gaufre qui est d’abord moelleuse. Elle durcira en quelques minutes en refroidissant.

Pour la garniture, tout est permis. Nous les belges on a peur de rien, ni de la chantilly qui coulera rapidement au contact de la chaleur de la gaufre (les plus rapides apprécieront donc cette version) ni la pâte au spéculos crunchy (du gras et du sucre sur du gras et du sucre, logique non?) ni des fraises sur la chantilly qui la rendront juste immangeable sans en mettre partout et forcera les plus tatillons à se lécher les doigts. Que du bonheur.

Bon appétit !

20130512-112146.jpg

20130512-112153.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s